Achoura : Une grâce pour l’humanité

Articles

2016-10-13

613 visites

Mes chers frères et sœurs dans l’Islam,

Jamais musulman ne fut atrocement assassiné comme l’Imam Houssaïn le fut. Pourtant, aucun contemporain de l’Imam Houssaïn n’ignorait que le Prophète a dit : « Al Houssaïn fait partie de moi et je fais partie d’Al Houssaïn. Allah aime celui qui aura aimé Al Houssaïn ». Ceux qui l’ont assassiné savaient tous que le Messager de Dieu a plusieurs fois répété : « Celui qui aime Al Houssaïn m’aura aimé, et celui qui le déteste m’aura détesté ». Aucun d’eux n’ignorait non plus que notre cher Prophète a lancé cette mise en garde : « Je serai en paix avec quiconque aura été en paix avec Al Houssaïn, et en guerre contre quiconque aura été en guerre contre lui ». C’est donc en toute connaissance de cause que les assassins d’Al Houssaïn ont perpétré leur crime odieux. Rien que pour l’amour de ce bas monde, du pouvoir, du luxe, du libertinage, de la licence, de la débauche. C’est là que nous comprenons tout le sens des propos de l’Imam Al Houssaïn qui a tenu à déclarer : « Je ne me suis pas soulevé de gaîté de cœur, ni pour une quelconque insatisfaction personnelle, ni par subversion, ni injustement. Je me suis soulevé pour reformer la Umma de mon grand père, le Messager de Dieu, pour commander le bien et interdire le mal, et pour suivre les traces de mon grand père et de mon père… ».

Nous voyons donc qu’il a voulu consciemment le martyre pour sauver de la perdition le Message transmis par son grand père. En effet, s’il ne s’était pas soulevé, les générations actuelles et futures des musulmans n’auraient sans doute jamais su qu’il y a une voie originelle, pure, sanctifiante, sainte et sublime : la voie voulue par Dieu et enseignée par son Prophète dont les descendants demeurent les dépositaires jusqu’à la fin des temps. C’est en cela que le martyre de l’Imam Al Houssaïn intervenu le jour de l’Achoura est une grâce pour l’humanité.

Du côté du monde non musulman, des preuves que Achoura est un jour de deuil abondent. Le Mahatma Gandhi, le grand leader indien, a avoué que « Moi, j’ai puisé l’esprit de ma révolte dans le soulèvement de l’Imam Houssaïn à Achoura et Karbala ». Il y a un fait très intéressant qui nous vient de la France. La patrie des droits de l’homme et de la liberté a en effet eu un président de la République dont le prénom est oriental, Monsieur Sadi Carnot. Peu de Français savent aujourd’hui pourquoi le célèbre homme a été ainsi prénommé. Il avait tout simplement un aïeul, Lazard Carnot, qui a eu connaissance de la tragédie de Karbala grâce au poète persan Sadi. Le refus de l’Imam Houssaïn d’accepter ou de cautionner les arbitraires l’a fortement marqué. Il a alors fait vœu d’être toujours du côté de la justice. C’est alors qu’il rallia ceux qui ont déclenché la Révolution française de 1789 qu’il soutint par ses écrits et son indignation contre les privilèges de la noblesse. Les efforts que déploya (le petit-fils) Sadi Carnot  pour redresser l’économie de la France lui valurent, en 1887, son élection à la présidence de la République avec une écrasante majorité.

 

Mes chers frères et sœurs en Dieu,

Permettez-moi ici un parallèle qui, me semble-t-il, porte un signe profond. Houssaïn, dont l’amour est porté par les musulmans à travers le monde, est mort à 57 ans, assassiné par les sanguinaires de l’ignoble Yazid. Son nom est aujourd’hui perpétué par des millions des adeptes de la Religion de son grand père Mouhammad. Sadi Carnot, ce président tant aimé par les Français, a aussi été assassiné en 1894, à 57 ans, par un anarchiste italien. Aujourd’hui, nombre de rues et de boulevards dans les grandes villes de France, dont deux à Paris, portent son nom.  Signe de Dieu ? Je l’espère.

 Faisons une petite incursion chez les hommes de Lettres. Nous retrouvons chez Alexandre Dumas, mort il y a  139 ans(1870) et qui fut le plus populaire des écrivains de l’époque romantique (il a signé près de 300 ouvrages), dans son roman Georges, resté inconnu jusqu’en 1974 puis réédité chez Gallimard en 2003, une description qui rappelle la tragédie de Karbala : « … ceux qui portent les sabres et les bâtons commencent à combattre en voltigeant les uns autour des autres, portant et parant les coups avec une adresse merveilleuse ; enfin, les derniers se frappent la poitrine et se roulent à terre avec l’apparence du désespoir, tous criant à la fois ou tour à tour : Yamsé ! Yamli ! O Hoseïn ! O Ali !... 

Pendant qu’ils se livrent à cette gymnastique religieuse, quelques-uns d’entre eux s’en vont offrant à tout venant du riz bouilli et des plantes aromatiques. Cette promenade dure jusqu’à minuit.

… les dévots aux robes déchirées recommencèrent à se frapper la poitrine en poussant des cris de douleur, auxquels toute la masse répondait par les cris alternés de « Yamsé ! Yamli ! O Hoseïn ! O Ali ! » cris encore plus prolongés et plus déchirants que ces mêmes cris poussés la veille. C’est que le gouhn qu’ils accompagnent cette fois est destiné à représenter à la fois la ville de Kerbela, près de laquelle périt Hoseïn, et le tombeau où furent enfermés ses restes… ».Les cendres d’Alexandre Dumas ont été transférées au Panthéon en 2002.C’est vous dire qu’il ne fut point un piètre écrivain.

Il est difficile de ne pas penser à Karbala à travers ces lignes citées plus haut qu’il nous a laissées.

 Un autre mouvement littéraire, l’école parnassienne issue de l’art pour l’art, visant à restaurer l’art dans toute sa pureté, n’a pas non plus ignoré le drame de Karbala. Ainsi, Armand Renaud, poète parnassien mort il y a 114 ans (1895), a eu ses vers que je vous livre :

 

Hussaïn

Après son père, après son frère,

Tous deux martyrs et saints,

Sous le règne de l’arbitraire, fut tué par les assassins.

Les siens étaient soixante-douze.

Derrière un tertre il avait mis

Ses jeunes enfants, son épouse.

Dix mille étaient les ennemis.

Sous un ciel de feu, rien à boire.

Dix jours, le monde eut ce tableau.

Les hommes y gagnaient la gloire.

Les enfants demandaient de l’eau.

Enfin, haché, méconnaissable,

Hussaïn à terre roula.

Et le sang fut bu par le sable

Dans le désert de Kerbéla.

Aussi, depuis l’aube, les bêtes

Pleurent dans les bois ; et du ciel

Les gouttes tombant sur nos têtes, sont amères comme le sel.

Seul, je ne pleure pas, j’envie

Celui qui pour l’amour d’Allah,

Vint souffrir et donner sa vie

Dans le désert de Kerbéla.

 

 

 

Par Amadou Diallo

République du Mali

Récents

Le plus commun

Cela pourra vous plaire aussi